La Rencontre photographique du Kamouraska

par Photo Solution

Fjord, January 5th, 2015 © Jessica Auer


[dropcap]D[/dropcap]u 16 juin au 4 septembre, la Rencontre photographique du Kamouraska se déploie sous le thème « Les traversées » avec des expositions en salle au Centre d’art de Kamouraska et un parcours photographique extérieur à travers tout le Kamouraska. Les artistes réunis par le commissaire Franck Michel pour cette 9e édition cheminent dans le paysage, le traversent, l’étudient, le vivent et le perçoivent autant qu’ils le donnent à voir. Jessica Auer, ses promenades exploratoires à travers l’Islande et ses portraits de marcheurs sur la piste Chilkoot au Yukon. Sara A. Tremblay et sa longue marche sur la portion québécoise du Sentier des Appalaches. Baptiste Grison, sa flânerie attentive à travers un territoire autochtone oublié et sa lecture du paysage kamouraskois. Michel Huneault et ses déambulations à travers les paysages dévastés du Tohoku. Louis Perreault et son périple de plusieurs mois en Amérique du Sud. Normand Rajotte et ses excursions intimistes dans la forêt boréale. Finalement, Martin Schop et ses expéditions solitaires en milieu sauvage. Pour chacun d’eux, le paysage est un lieu plurisensoriel qui implique autant le corps du photographe en action et l’environnement, que les dimensions affectives éveillées par les traversées. En ces territoires parfois proches, parfois lointains, ces sept artistes nous convient à contempler et à vivre ces paysages, tout en nous rappelant leur fragilité.
Le week-end de lancement de la 9e Rencontre photographique du Kamouraska se déroulera du vendredi 16 juin au dimanche 18 juin. Plusieurs forfaits sont disponibles pour assister aux activités de lancement, soupers et table ronde. C’est l’occasion de vous joindre à l’équipe et aux artistes pour célébrer le lancement de cet événement. Cliquez ici pour obtenir l’horaire complet du weekend de lancement et le formulaire d’inscription.

Artiste invités à la 9e Rencontre photographique du Kamouraska

Franck Michel (commissaire invité)
Franck Michel œuvre depuis plus de vingt ans dans le milieu des arts visuels. Il a été associé au Mois de la photo à Montréal, en plus d’avoir travaillé comme rédacteur en chef de la revue CV Photo et directeur de la galerie VOX. Il a signé le commissariat d’une quinzaine d’expositions ; a également dirigé plusieurs publications et organisé divers événements en arts visuels.
De 1999 à 2008, il a assuré la direction du centre Est-Nord-Est, résidence d’artistes et diffusion en art contemporain, situé à Saint-Jean-Port-Joli et, de 2008 à 2014, celle du Musée régional de Rimouski. En 2015, il a obtenu une bourse de recherche à titre de commissaire du Conseil des arts du Canada pour poursuivre ses recherches sur le paysage dans la photographie contemporaine. Il est actuellement directeur de Culture Montérégie. En 2016, il assumait le commissariat de la huitième édition de la Rencontre photographique du Kamouraska, sous le thème Géographies de la lenteur.
Sara A. Tremblay
Sara A. Tremblay détient une maîtrise en beaux-arts de l’Université Concordia. Ses œuvres ont été présentées dans plusieurs galeries et centres d’artistes du Québec et de l’Ontario, ainsi qu’en Suède, où elle a étudié en 2011 et où elle est retournée en 2013, pour The Brucebo Fine Art Summer Residency Scholarship, une résidence de trois mois à Själsö (Gotland). En 2014, elle a exposé à l’Espace F (Matane) et à YYZ Artist’s Outlet (Toronto), elle a participé au 32e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul et s’est vu remettre la toute première Bourse d’études supérieures en arts visuels Yvonne-L.-Bombardier. En 2015, elle a exposé à la galerie FOFA (Montréal), au Centre culturel Yvonne-L.Bombardier (Valcourt) et à la galerie Donald Browne (Montréal).
Elle a également collaboré avec l’artiste québécoise Manon De Pauw pour l’exposition Études, résultat d’une résidence de création à la Fondation Guido Molinari (Montréal). À l’été 2016, elle a parcouru à pied les 650 kilomètres de la partie québécoise du Sentier international des Appalaches, dans le cadre des Missions photographiques, une résidence de création soutenue par Les rencontres internationales de la photographie en Gaspésie. À l’automne 2016, elle lance son premier livre photographique, intitulé Själsö, réalisé par VU, centre de diffusion et de production de la photographie (Québec), résultat de sa résidence à Själsö, Gotland (Suède) en 2013. Elle vit et travaille à Montréal.
Jessica Auer
Dans son travail, Jessica Auer aborde les paysages de sites culturels au travers des thématiques reliant la marche, l’histoire et l’expérience des lieux. Elle a reçu un MFA de l’Université Concordia en 2007 et a exposé autant au Canada qu’à l’étranger. Ses dernières expositions ont été tenues au Yukon Arts Centre (Whitehorse, Yukon, 2016), au Quadrilatère (Beauvais, France, 2016), à la galerie Patrick Mikhail (Montréal, 2016), à la galerie Oslo 8 (Bâle, Suisse, 2015), au Musée de Gotland (Visby, Suède, 2015), au centre en art actuel Sporobole (Sherbrooke, 2014), à VU PHOTO, (Québec, 2014) et au Centre canadien d’architecture (Montréal, 2013). Elle enseigne la photographie à l’Université Concordia.
Baptiste Grison
Baptiste Grison a étudié l’histoire de l’art à l’Université Rennes-II et les arts visuels à la maîtrise à l’Université Laval. Auteur de plusieurs expositions, de trois publications personnelles et d’œuvres d’art public, il agit aussi à l’occasion comme commissaire, notamment pour un cycle de trois éditions de la Rencontre photographique du Kamouraska (2013/14/15). Son travail explore les façons dont on expérimente intimement ou collectivement des territoires. Il vit et travaille au bord du fleuve, au Bas-Saint-Laurent.
Michel Huneault
Avant de se dédier à la photographie en 2008, Michel Huneault a travaillé pendant plus de dix d’années en développement international, une carrière qui l’a mené dans une vingtaine de pays, dont une année entière en Afghanistan, à Kandahar. Il détient un M.A. en Études latino-américaines de l’Université de Californie à Berkeley, où il fut un Rotary World Peace Fellow. Aujourd’hui sa pratique se concentre sur les problématiques liées au développement, aux traumatismes, à la migration et autres géographies complexes. Son travail de longue haleine sur la tragédie de Lac-Mégantic – mêlant photographies, vidéos et témoignages audio – a remporté en 2015 le prix Dorothea Lange-Paul Taylor du Center for Documentary Studies de l’Université de Duke, aux États-Unis. En 2016, il a reçu le R. James Travers Foreign Corresponding Fellowship, pour continuer son travail sur les enjeux migratoires, et le projet Post Tohoku a été nominé pour le Prix Pictet 7, en plus d’être récompensé d’un Prix Antoine-Désilets.
Louis Perreault
Originaire de l’Estrie, Louis Perreault vit et travaille à Montréal. Il déploie sa pratique à l’intérieur de ses projets photographiques personnels ainsi que dans les projets d’édition auxquels il collabore. Fondateur et co-directeur des Éditions du renard, il enseigne également la photographie au Cégep André-Laurendeau. Dans ses œuvres, Louis Perreault s’intéresse à des lieux spécifiques qu’il explore afin d’extraire des récits ancrés dans une perspective poétique. Son travail a été diffusé principalement au Québec, dans des expositions individuelles et collectives. Il détient une maîtrise en beaux-arts (programme SIP, 2011) de l’Université Concordia.
Normand Rajotte
Normand Rajotte vit à Montréal et travaille en Estrie. Coauteur de l’essai photographique Transcanadienne sortie 109, publié aux Éditions Ovo en 1978 ; il a, depuis les années 1980, tourné sa pratique vers une intériorisation sensible de la nature et du paysage. Son travail a été présenté à plusieurs occasions en galeries ou lors d’événements, notamment durant le Mois de la Photo à Montréal, en 2011. En 2014, sa série Le Chantier a été présentée au centre Street Level Photoworks de Glasgow ; en 2016, il exposait Empreintes à la Fondation Alfred Ehrhardt à Berlin. Il a été aussi boursier du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et lettres du Québec. On trouve notamment ses photographies dans les collections du Musée canadien de la photographie contemporaine et du Musée des beaux-arts de Montréal.
Martin Schop
Né en Hollande, Martin Schop détient une maitrise en génie de l’environnement de Vrije Universiteit à Amsterdam et un baccalauréat en arts visuels de l’Université Concordia à Montréal. Ses œuvres ont été présentées dans des expositions individuelles et de groupe. Schop est représenté par la galerie Nicolas Robert à Montréal, où il y présentera une deuxième exposition solo en septembre 2017. Ses œuvres figurent dans plusieurs collections privées. Il demeure et travaille à Montréal.
François Léger-Savard (artiste invité à la table ronde)
François Léger-Savard est diplômé du programme de photographie du cégep du Vieux Montréal. Le Grand Nord québécois est le premier territoire qu’il explore, objectif à la main – à pied, en canot, à vélo ou en raquettes – comme guide ou comme membre d’expédition. Ses photographies qui naissent de ces expéditions témoignent d’espaces infinis et révèlent de profondes amitiés tissées avec des membres des Premières Nations, occupants millénaires de ces terres. Nombre de pays d’Amérique latine constitue aussi les sujets principaux de ses différents projets. À titre de caméraman, il participe régulièrement à des productions documentaires explorant la sphère sociale de diverses régions du globe. En juillet 2017, il se rendra avec cinq collègues aux frontières arctiques de la province pour cartographier l’une des dernières grandes rivières québécoises encore inexplorées par des pagayeurs contemporains, et il en rapportera un projet vidéo documentaire.

Articles similaires