Open Passport de John Max

par Photo Solution

© John Max


[dropcap]L[/dropcap]a galerie La Castiglione présente la série photographique Open Passport de John Max du 6 septembre au 7 octobre prochain. Figure mythique des années 1960 et 1970, Max fut l’un des artistes les plus importants de l’histoire de la photographie au Canada.
John Max (1936-2011) est né à Montréal d’une famille d’origine ukrainienne. Il étudie la musique et la peinture avant de se passionner pour la photographie. Les travaux photographiques qui l’ont le plus influencé furent l’instant décisif de Cartier-Bresson, ceux d’Eugène Smith et de Robert Frank. Des influences qui mettent au premier plan la subjectivité du photographe; une approche qui correspondait à sa vision de la condition humaine.
Les années 1960 furent ses années les plus productives; il réalisa plusieurs commandes pour de nombreux magazines et le Service de la photographie de l’office national du film du Canada. En 1967, il représente le Canada à la 5ème Biennale de Paris et est l’un des participants à l’exposition Quatre photographes montréalais organisée et diffusée par la Galerie nationale du Canada en 1968.
La vision photographique de John Max atteint son apogée avec l’exposition Open Passport, organisée par le Service de la photographie de l’office national du film du Canada et présentée à la Galerie de l’image à Ottawa en 1972 – devenue le Musée contemporain de la photographie. L’exposition, constituée de 160 photographies, fut conçue expressément pour cet espace.
Open Passport suggère un parcours entre l’enfance et la vieillesse. Max utilise la photographie comme un outil d’introspection pour créer un journal de sa vie. « C’est l’intérieur qu’il photographie : tous reflètent son être, conscient et inconscient. Voilà ce qui l’intéresse : la libération de l’homme, son passeport pour l’infini. » Être sans origine, sans pays, sans frontière.
L’exposition présentée à La Castiglione regroupe une douzaine de tirages photographiques faits en 1972. Nous pouvons entre autre y reconnaitre sa femme, son fils David, sa mère devant un gâteau de fête, des gens de la communauté artistique : Sam Tata et d’autres de la communauté des Montagnais.
Un exemplaire du livre Open Passport accompagne l’exposition. De ses portraits se dégage une intense intériorité, des tirages noir et blanc, aux noirs si profonds. Des gros plans de visages sur lesquels émanent leurs états intérieurs. Le voyage de Max dans les émotions et les rituels personnels glisse dès lors vers l’universel et participe d’une expérience commune à l’humanité entière.

© John Max


© John Max

Articles similaires